Et la sophrologie
caycédienne, alors?



Le terme « sophrologie » a été créé par Alfonso Caycedo en 1960. Ce dernier y a accolé le terme « caycédienne » quelques années plus tard. La sophrologie caycédienne désigne donc la sophrologie première et authentique. Depuis, de nombreuses techniques ont vu le jour, portant le nom de sophrologie. Parfois cependant, les techniques enseignées s’éloignent quelque peu de la pensée de son fondateur.


Alfonso Caycedo a mis plus de 50 ans à mettre au point sa méthode. Il l’a dévoloppée au gré de ses expérimentations avec des publics différents. Il l’a enseignée à de nombreux médecins français, pionniers avec lui, qui l’ont à leur tour diffusée en France, en Espagne, en Suisse et ailleurs dans le monde. Il a créé Sofrocay, académie internationale de sophrologie caycédienne, qui aujourd’hui forme les sophrologues caycédiens et délivre le titre privé de Master Spécialiste en sophrologie caycédienne que j’ai obtenu.



La sophrologie caycédienne est sobre et simple.

Au cours d’une séance, la sophrologue propose et explique différents exercices pour lesquels elle laisse le pratiquant trouver et choisir les situations qui se présentent à lui. Ce qui émerge est verbalisé ou non, l’idée étant d’accueillir ses propres ressentis sans jugement. La sophrologue ne fait pas d’induction ou de déduction. Au fil des séances, le pratiquant trouve ce qui est bon pour lui. Cette sophrologie est peut-être un peu plus exigeante au début mais tellement plus profitable ensuite.